Contraluz, 2019

Depuis quelques années, je développe la technique du monotype. Dans les séries précédentes :  Sombra, Umbral, Ombre, j’explorai les rencontres entre un corps et « l’autre » de l’ombre

Actuellement, je revisite des espaces sylvestres dans lesquels j’ai cheminé, cathédrales végétales où ombres et lumières s’entrelacent dans la profondeur des sous-bois.  

Par application de couches successives d’encre noire sur une plaque de verre, les ombres se déploient, s’étirent et se densifient. Puis je sculpte dans la matière même de l’ombre.

Une feuille de papier humide est alors couchée sur la plaque de verre. Tout se rejoue, encre et papier s’unissent, une nouvelle image naît et se dévoile. Le tirage est unique, pas de reprise ni de repentir. De la blancheur du papier, la lumière sourde au travers les plans d’ombre… réminiscences en contre-jour…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s