Interview

interview publiée dans L’Echo (Corrèze) du 7 décembre 2016

PATRICK LAURIN
cet artiste expose actuellement au restaurant le BO à Tulle

Patrick Laurin présente jusqu’au mois de mars une quinzaine de tableaux au Restaurant Le Bouche à Oreille.

La peinture de corps masculins est-il un thème privilégié de votre travail ? Si oui pourquoi ce choix esthétique ?

Dans mon œuvre picturale, je développe des thèmes sous forme de séries. Ce processus de création est à l’instar d’un travail de recherche, une manière de (me) questionner par une succession de travaux sur une même thématique. Chaque réalisation interroge le thème choisi, mais aucune isolément ne saurait amener de réponse univoque. C’est donc dans une réitération de la question, par une prise directe avec la matière picturale, dans la rencontre et le travail de recherche avec le modèle, que je poursuis cette interrogation.

Le corps masculin apparût dans mon travail à partir d’une longue série sur les mains qui entraient en relation avec un corps dont seul un fragment était visible. Les mains n’étaient pas engagées dans une gestualité discursive claire et univoque : le contact avait-il lieu, était-ce une approche, un effleurement, un retrait ? Le public était invité à avoir sa propre lecture, à recréer son propre sens. Puis vînt un travail où pieds et jambes figuraient dans un même espace de représentation. Déjà l’ombre y prenait place. Peu à peu, l’importance de l’ombre progressait.

Actuellement, un glissement, un déplacement s’opère : l’ombre devient une entité primordiale dans la relation au corps. Ce n’est pas le résultat d’une simple projection, ou plus exactement d’une occultation de la lumière sur une surface illuminée. Cette ombre souvent perçue comme une forme plane génératrice d’image, est en réalité un volume qui se déploie à l’opposé de la source lumineuse et dont l’interception par une surface produit une image. Dans ce «cône» d’ombre réside une forme tridimensionnelle au sein de laquelle se lovent de possibles alter-ego.

Dans mon travail, le corps masculin est un générique du corps humain. La prégnance des regards actuels sur le corps, le limite à sa simple dimension de corps-objet et son florilège de dérives simplistes dont se gavent nos espaces publicitaires et télévisuels. Le corps féminin est traditionnellement engagé dans les représentations artistiques dont la nudité est devenue un standard. En revanche le corps masculin, ou du moins ses représentations, est encore sujet à controverse, niant tout rapport à une forme de sensualité de corps et non de sexe. Si je tentais une réhabilitation du corps humain dans sa valeur ontologique, il n’en demeure pas moins qu’il n’est pas le sujet isolé dans mon travail. Ces réalisations ne peuvent être réduites aux seuls regards sur un corps lorsque je tente de questionner les possibles dialogues entre ombres et corps qui naissent de leurs rencontres.

Les corps naissent et disparaissent par et dans les ombres. Comment l’alchimie se crée par le biais de différentes techniques ?

La première étape est un travail de dessin et d’ébauche avec modèle vivant. Plusieurs séances de travail sont nécessaires pour que le modèle puisse expérimenter une relation à son ombre afin qu’elle devienne progressivement plus qu’une simple projection. Nous allons ensemble travailler sur cette dimension d’étrangeté, jusqu’à ce que surgissent une entité. Nous contournons toute intentionnalité narrative : sorte de théâtre d’ombre dans lequel le corps s’effacerait pour ne laisser place qu’à une ombre actrice. Dans une autre version où le modèle prendrait le contrôle de l’ombre, le corps du manipulateur prendrait le dessus et deviendrait par trop visible. Il nous faut donc trouver ce point d’équilibre fragile, ce moment où la sensorialité prend le pas sur l’intentionnel, pour que naisse et surgisse une relation imprévue. Mon travail pictural se décline à partir des esquisses faites durant ses séances. Je vais alors tenter dans un premier temps de témoigner de ses moments de surgissements. Les techniques picturales que j’emploie (pierre noire, huile et cire & monotypes sur verre) ont pour point commun divers
processus d’ajout puis de retrait de matière. Chacune présente une étape dans laquelle l’obscurité domine dans l’espace pictural. S’ensuit un travail de retrait de la matière sombre, de sculpture de «l’entour». Les formes corps et ombre ne procèdent pas du travail sur elles-mêmes, mais de la constitution de la matière qui à la fois les contient et les définit ; dans une attention portée à l’espace, à ce lieu, dans lequel la rencontre se joue.

Vous êtes praticien, formateur et superviseur en art thérapie. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste cette activité ?

L’art-thérapie est une pratique de soin et d’accompagnement psychologique fondée sur l’utilisation thérapeutique du processus de création artistique. La personne est accompagnée à partir de sa potentialité créative, pour trouver et approfondir une expression, pour inventer et élaborer un langage (au sens large) qui lui soit propre et lui permette de recréer un autre rapport au monde, de ne pas être réduit à ses symptômes et difficultés, de se penser autre, d’être sujet et auteur de sa création. Mon expérience depuis de nombreuses années d’accompagnement -développement personnel, enfants avec des troubles du comportement, personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, etc.- s’appuie sur les potentiels d’une alliance avec les forces vives du sujet qui lui permette de trouver une voie vers un «aller-mieux» dans son existence et son rapport au monde. Mon travail de formateur et de superviseur s’adresse à des professionnels en cours d’apprentissage ou des praticiens en activité.

Votre peinture a-t-elle à voir aussi au plan personnel avec de l’art-thérapie ?

Mon engagement artistique était bien antérieur à mon implication dans le champ de l’arthérapie. L’art n’est pas un outil thérapeutique en lui seul. En art-thérapie, les processus de symbolisation, de métaphorisation, sont impliqués dans un dispositif d’accompagnement individualisé, où la personne est invitée à développer ses propres créations. Mes axes de recherche dans le domaine artistique sont clairement distincts de ceux de mes patients. En revanche, en tant qu’artiste peintre formé en art-thérapie, mon expérience personnelle dans les processus de création est une condition indispensable pour l’accompagnement des personnes dans leurs propres processus créatifs.

Propos recueillis par Serge Hulpusch

p-laurin_presse_lecho_20161207

 

Une réflexion sur “Interview

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s